Séminaire du 07/04/22. Ionela Godefroy “Émotions et littérature”

7 avril 2022 17h30-19h

Ionela Godefroy – Ionela Godefroy, MLDS, Lycée Chevrollier (Angers, France) Émotions et littérature. 

Aborder des textes littéraires avec un public de grands adolescents allophones peu scolarisés auparavant. Un projet interdisciplinaire au sein de la MLDS du lycée Chevrollier d’Angers. 

En raison d’un empêchement, la seconde intervention du séminaire (Béatrice Bouvier et Simona Crippa) est reportée – date et lieu à venir.

Le séminaire a lieu conjointement en présentiel à l’université d’Angers (Faculté LLSH, salle B323) et à distance – via Teams. Pour y assister, merci d’envoyer un mail à nadja.maillard(arobase)univ-angers.fr et maeva.touzeau(arobase)univ-angers.fr au plus tard le 7 avril midi.

Séminaire du 3/03/22. Anne Schneider “Tomi Ungerer, une enfance plurilingue”

Tomi Ungerer, artiste et illustrateur de génie, né en 1932, mort en 2019 a vécu son enfance dans une Alsace marquée par la Seconde guerre mondiale. De famille protestante, il a appris le français comme langue maternelle, l’alsacien sur le tas dans la cour de récréation au milieu de ses camarades, l’allemand à l’école des nazis, l’anglais en débarquant à New-York à l’âge de vingt ans. Sa trajectoire linguistique éclaire, non seulement son identité et le vécu d’un européen du XXe siècle, mais elle est également à l’origine d’une partie de son œuvre. Ainsi, dans À la guerre comme à la guerre, son récit autobiographique, il raconte comment cette réalité linguistique a façonné son enfance et son imaginaire et comment la question de la langue n’a cessé d’influencer son œuvre et ses dessins.

Nous étudierons ce récit autobiographique en l’éclairant par quelques-unes des interviews qui ont été menées sur Tomi Ungerer dans lesquelles il explique comment ce passage d’une langue à l’autre dans l’enfance structure sa pensée et nous verrons, à partir d’un exemple, l’album Otto, comment sont vécues la co-existence des langues, leur présence et leur résonance dans son œuvre et quel sens on peut lui donner.

Anne Schneider est agrégée de lettres et maître de conférences HDR en langue et littérature françaises à l’Université de Caen-Normandie, (INSPE)/ LASLAR EA 4256 depuis 2010.

Ses domaines de recherches, en littérature pour adultes et à destination des enfants, sont fondés sur la francophonie, en particulier sur les écrivain.e.s issus de l’immigration algérienne. Elle travaille également sur la guerre d’Algérie et les conflits contemporains racontés aux enfants. Elle a co-organisé un colloque international sur les écritures de la migration à l’Université de Caen-Normandie, sous presse aux éditions Peter Lang, 545 p.

Sa thèse, soutenue en 2008 à l’université Paris IV-Sorbonne sous la direction de Beïda Chikhi a été publiée sous le titre La Littérature de jeunesse migrante. Récits de l’Algérie à la France, L’Harmattan, 2013, 420 p.

Elle dirige la collection « Littérature de jeunesse et histoire » aux Presses Universitaires de Rouen-Le Havre.

Elle est présidente de l’Institut International Charles Perrault depuis 2018.

Le séminaire se déroule le 3 mars 2022, de 17h30 à 19h30, à distance, via Teams. Pour y assister, merci d’envoyer un mail à nadja.maillard(arobase)univ-angers.fr et maeva.touzeau(arobase)univ-angers.fr au plus tard la veille de la séance.

Séminaire du 3/03/22. Benoit Doyon Gosselin “De la variation linguistique à la variation littéraire”

De la variation linguistique à la variation littéraire. Conception et utilisation de la littérature dans l’enseignement du français au secondaire : le cas de l’Acadie du Nouveau-Brunswick

En milieu minoritaire, l’insécurité linguistique peut avoir des répercussions sur ce qui peut être considéré comme des œuvres littéraires légitimes. Comment enseigne-t-on la littérature au secondaire en Acadie ? Comment sont formés les enseignantes et les enseignants ? Existe-il un patrimoine littéraire commun ? Cette conférence propose une réflexion sur la conception et l’utilisation de la littérature dans l’enseignement du français au secondaire en Acadie du Nouveau-Brunswick en comparaison avec l’approche préconisée en Ontario français. Dans une perspective de la sociologie de la littérature, il s’agit d’offrir une lecture analytique des programmes de la 9e à la 12e année. Ensuite, il sera question des listes de lecture suggérées pour chaque année du secondaire afin de mettre en lumière certaines incongruités. Enfin, la comparaison avec les pratiques de l’Ontario français témoigne qu’il est possible d’osciller entre le point de vue hégémonique et l’ancrage régional. Calquée sur l’expression « variation linguistique », la variation littéraire serait grandement utile pour la construction identitaire des élèves évoluant en milieu francophone minoritaire.

Benoit Doyon-Gosselin est vice-doyen de la Faculté des études supérieures et de la recherche à l’Université de Moncton. Il est également professeur titulaire et titulaire de la Chaire de recherche du Canada en études acadiennes et milieux minoritaires. Récemment, il a fait paraître aux Éditions Prise de parole une réédition annotée de Poèmes new-yorkais, recueil posthume de Gérald Leblanc en y incluant des lettres inédites.  Aussi, aux Éditions Perce-Neige est paru un collectif intitulé L’espace dans tous ses états qu’il a codirigé avec Julien Desrochers. Il s’intéresse à la sociologie de la littérature et aux liens entre l’espace et la littérature. Il est membre du Collège de nouveaux chercheurs et créateurs en art et en science de la Société royale du Canada depuis 2015.

Le séminaire se déroule le 3 mars 2022, de 17h30 à 19h30, à distance, via Teams. Pour y assister, merci d’envoyer un mail à nadja.maillard(arobase)univ-angers.fr et maeva.touzeau(arobase)univ-angers.fr au plus tard la veille de la séance.

Séminaire du 3/02/22. Souad Atoui-Labidi “Littérature, culture et réception. Cas de l’enseignement de la littérature comparée en classe de FLE”

L’apprentissage du français langue étrangère comme spécialité à l’université est une formation qui s’étale sur une durée de temps plus au moins longue (Licence en 03 ans et/ou Master en 05 ans). Cette formation qui prépare l’apprenant adulte au monde de travail, doit absolument rajouter au volet linguistique de langue cible un autre purement culturel enseigné dès la première année. C’est ainsi que la littérature, introduite dans plusieurs matières, peut servir comme moyen approprié pour l’amélioration du niveau linguistique mais aussi culturel de ces apprenants adultes qui dans la majorité des cas arrivent au niveau de Master en difficulté en ce qui concerne la culture apprise.

La présente communication, qui émane d’une expérience personnelle d’enseignement de la littérature, va se consacrer principalement à l’enseignement-apprentissage de la matière Littérature Comparée. L’accent sera mis la réception de la littérature et son rôle médiateur du culturel et/ou de l’interculturel.    

Souad ATOUI-LABIDI est enseignante universitaire depuis 2007 et Maître de Conférences A habilitée à Diriger des Recherches depuis 2017 à l’Université Mohamed Boudiaf de M’Sila en Algérie ; elle y est membre du laboratoire de recherche sur La Poétique Algérienne. Elle travaille sur les littératures générales et comparées. Elle s’intéresse à la littérature algérienne des années 90 avec un intérêt particulier pour l’œuvre de Malika Mokeddem. Elle a à son actif plusieurs publications et  participations à des manifestations scientifiques en Algérie et à l’international

Le séminaire se déroule le 3 février 2022, de 17h30 à 19h30, à distance, via Teams. Pour y assister, merci d’envoyer un mail à nadja.maillard(arobase)univ-angers.fr et maeva.touzeau(arobase)univ-angers.fr au plus tard la veille de la séance.

Séminaire du 3/02/2022. Judith Patouma, Université Sainte Anne : “Conter, se raconter : didactique et identités en milieu francophone minoritaire”

La pédagogie, dans son sens large, consiste à aider le jeune à prendre sa place dans la société à laquelle il appartient et à se définir par rapport à ses pairs. Notre société, de plus en plus, se caractérise par la pluralité et le mélange culturel des personnes, c’est cela qui fait sa richesse et aussi sa complexité. Le jeune doit créer des relations avec autrui et s’adapter à son milieu de manière satisfaisante, c’est-à-dire qu’il doit se définir dans la langue par son savoir-faire, son savoir-être… son savoir-dire.

Le contexte de mes recherches récentes est le Canada francophone plus particulièrement le milieu minoritaire. Dans la province de la Nouvelle-Écosse, province des maritimes majoritairement anglophone, le français est la langue maternelle de 3,4 % de la population et la première langue officielle de 3,2 % de la population. Ainsi, nous avons dans cette province plusieurs dynamiques des langues :
– le français langue d’enseignement dans les conseils scolaires de langue française et dans les programmes de français des conseils scolaires de langue anglaise;
– l’utilisation des variétés du français dans différents contextes;
– l’anglais langue de la majorité;
– les différentes langues de la population immigrante.

Nous appartenons à une société dans laquelle la langue est non seulement un moyen de communication mais aussi un objet de passation culturelle et il est important pour le jeune d’apprendre les règles du bon usage, les contextes de communication divers et la culture de l’autre. Comment le faire? Les contes offrent une entrée fascinante dans le domaine de la didactique des langues et c’est un outil complet pour le développement du langage, la construction identitaire et la compréhension de l’autre.

Ainsi, nous allons à travers ce séminaire aborder les axes suivants : l’importance des histoires ; les activités reliées aux contes et l’apport du conteur en salle de classe ; les histoires comme outil dans la construction identitaire.

Judith Patouma est sociolinguiste et didacticienne des langues. Professeure agrégée au département des Sciences de l’éducation à l’Université Sainte-Anne, elle s’assure de la formation professionnelle des étudiants-maîtres en didactique des langues. Ses champs d’intérêt dans la recherche sont la médiation langagière et culturelle, le plurilinguisme, la pluriculturalité, la construction identitaire et la didactique des langues (FLM, FLS et FLE) dans des contextes diversifiés. Doctorat en Sciences du Langage – Université de La Réunion, France

Le séminaire se déroule le 3 février 2022, de 17h30 à 19h30, à distance, via Teams. Pour y assister, merci d’envoyer un mail à nadja.maillard(arobase)univ-angers.fr et maeva.touzeau(arobase)univ-angers.fr au plus tard la veille de la séance.

Programme du séminaire Pluri2L – 2021/22

En 2021/22 sont proposées 4 séances du séminaire Pluri2L

16 décembre 2021  – 12h-14h

Christèle Maizonniaux, Flinders University & Lab Litt& Arts, UMR 5316, Université Grenoble Alpes et CNRS (Australie / France) Constances et différences dans deux approches créatives en lien avec la littérature de jeunesse

Isabelle Cros, Aix-Marseille Université, Laboratoire Parole et Langage & Inspe et Érica Sarsur, Universidade Federal de Minas Gerais, Laboratoire LIDILEM, Université Grenoble-Alpes (France / Brésil) Réception et écriture créative en contexte plurilingue : du corpus (Concours Inalco de nouvelle plurilingue) aux questions de recherche en didactique des langues et au-delà

 

3 février 2022 – 17h30-19h30

Souad Labidi – Université de M’sila (Algérie) Littérature, réception et culture. Cas de l’enseignement de la littérature comparée en classe FLE.

Judith Patouma – Université Sainte-Anne (Canada, Nouvelle Écosse)

Conter, se raconter : didactique et identité en milieu francophone minoritaire

3 mars 2022 – 17h30-19h30

Benoît Doyon-Gosselin, Université de Moncton (Canada, Nouveau-Brunswick) De la variation linguistique à la variation littéraire. Conception et utilisation de la littérature dans l’enseignement du français au secondaire : le cas de l’Acadie du Nouveau-Brunswick

Anne Schneider, Université de Caen (France) Tomi Ungerer, une enfance plurilingue

7 avril 2022 – 17h30-19h30

Béatrice Lafitte Bouvier et Simona Crippa, Université Catholique de l’Ouest (Angers, France) : Ouvrir des espaces imaginaires avec Marguerite Duras et Victor Segalen.

Ionela Godefroy, MLDS, Lycée Chevrollier (Angers, France) Émotions et littérature.  Aborder des textes littéraires avec un public de grands adolescents allophones peu scolarisés auparavant. Un projet interdisciplinaire au sein de la MLDS du lycée Chevrollier d’Angers

Le séminaire se déroule à distance, via Teams. Pour y assister, merci d’envoyer un mail à nadja.maillard(arobase)univ-angers.fr et maeva.touzeau(arobase)univ-angers.fr au plus tard la veille de la séance.

Séminaire du 15/12/2021

En cette nouvelle année universitaire, les séminaires Pluri2L reprennent ! Nous aurons le plaisir d’accueillir le 15 décembre 2021, de 12h à 14h (heure française) :

Christèle Maizonniaux, Flinders University & Lab Litt& Arts, UMR 5316, Université Grenoble Alpes et CNRS (Australie / France) –

Constances et différences dans deux approches créatives en lien avec la littérature de jeunesse

Isabelle Cros, Aix-Marseille Université, Laboratoire Parole et Langage & Inspe et Érica SarsurUniversidade Federal de Minas Gerais, Laboratoire LIDILEM, Université Grenoble-Alpes (France / Brésil)

Réception et écriture créative en contexte plurilingue : du corpus (Concours Inalco de nouvelle plurilingue) aux questions de recherche en didactique des langues et au-delà.

Nous pourrons nous retrouver sur teams.

Le lien de la réunion est celui-ci :

https://teams.microsoft.com/l/meetup-join/19%3a13aaa09da95844498061107c89a1b65a%40thread.tacv2/1638995671720?context=%7b%22Tid%22%3a%22ccbd4ee6-c847-429d-b947-a5cfdd04c963%22%2c%22Oid%22%3a%222d6e87c8-b430-4ecb-a296-04c24c9da922%22%7d

Journée d’études du 15 octobre 2021 – Des écrivains à l’école. Des langues en partage.

Journée d’études du 15 octobre 2021 – Des écrivains à l’école. Des langues en partage.

Aujourd’hui, de nombreux écrivains sont impliqués dans des projets d’actions éducatives (ateliers d’écriture…) en contexte scolaire. La journée d’études s’intéresse aux enjeux et modalités de ces collaborations entre écrivains et acteurs du monde éducatif, spécifiquement quand elles sont liées avec la valorisation de la diversité linguistique ou la valorisation de certaines langues en contexte minoritaire. Quels rôles pour les écrivains dans ces actions éducatives ? Quels impacts sur leur écriture ?

9h30-10h : accueil, café

10-11h30 : Quand Mister Wolfy Loupo rencontre une menina que passa…

Entretien avec Elsa Valentin, animé par Sylvie Servoise (Le Mans Université, 3LAM)

14h00-14h45 : En Quête de langues Entretien (enregistré) avec Stéphanie Benson, animé par Nadja Maillard-De La Corte Gomez (Université d’Angers, CIRPaLL)

15h-16h : Des albums plurilingues, pour qui ? Découverte d’un projet d’édition d’un conte traditionnel en plusieurs langues

Table ronde avec Kahina Azzegag, Françoise Leclaire et Valentina Semeghini (éditions Sa Lang, association AFaLaC), animée par Isabelle Audras (Le Mans Université, Cren) et Maëva Touzeau-Rousseau (Université d’Angers, CIRPaLL)

16h-16h30 : clôture de la journée d’études par Aude Bretegnier (Le Mans Université, Cren) et Sylvie Servoise (Le Mans Université, 3LAM)

Comité d’organisation : Isabelle Audras (Le Mans Université, Cren), Nadja Maillard-De La Corte Gomez (Université d’Angers, CIRPaLL), Sylvie Servoise (Le Mans Université, 3LAM), Maëva Touzeau-Rousseau (Université d’Angers, CIRPaLL)

Maison de la recherche Germaine Tillon 5 bis Boulevard Lavoisier, Angers

Lien pour assister à la JE – ATTENTION LE LIEN A ÉTÉ MODIFIÉ SUITE A UN PROBLÈME TECHNIQUE :

https://univ-angers.cloud.panopto.eu/Panopto/Pages/Viewer.aspx?id=c9340011-8fbb-42ba-873c-adc20085ff38

Le programme détaillé :

Séminaire du 21/05/21. Yamna Chadli Abdelkader, Université Bordeaux Montaigne, « Dynamiques interculturelles et plurilingues suscitées par les pratiques théâtrales en classe de FLE : enjeux didactiques et esthétiques »

Comment faire jouer L’école des femmes, le Cyrano de Rostand, le théâtre de Beckett en classe de Français Langue Etrangère ? Quels sont les enjeux et les implications didactiques du projet théâtre dans ce contexte d’apprentissage

expérience de quinze ans, un constat s’impose : conduire une activité de théâtre en classe de FLE avec un groupe d’étudiants pluriculturel, c’est avant tout accepter d’accueillir une variété de langues et de cultures au sein d’un texte du répertoire ou bien d’une création originale.

Dans ce temps de la création à voix multiples, si le français en tant que langue d’expression est l’élément fédérateur du groupe puisque langue d’apprentissage, d’autres langues se manifestent tant il est difficile pour l’apprenant de toujours maîtriser le surgissement de sa langue première. Croyant s’exprimer en français, l’étudiant emploie des termes qu’involontairement il adapte au lexique français, des tournures qui n’existent que dans sa langue et va parfois jusqu’à traduire littéralement.

À ces interférences linguistiques, s’ajoutent celles des représentations culturelles, ou bien de gestes et d’attitudes corporelles induites par la culture première. L’enseignant de français qui initie ses apprenants au théâtre, est confronté à cette question : comment tirer parti de ces contacts de langue-culture ? S’agit-il de les considérer comme de simples indices renseignant sur le stade d’acquisition franchi ? Le double apprentissage qui a lieu dans le cours de théâtre d’un département de FLE dont la mission est avant tout celle de l’enseignement de la langue confère au traitement de l’interférence des enjeux multiples, tant didactiques qu’esthétiques.

Yamna CHADLI ABDELKADER est maîtresse de conférences en littératures francophones au Centre d’Études Linguistiques et Littéraires Francophones et Africaines (CELFA-EA 4593 CLARE), à l’Université Bordeaux Montaigne. Membre du Réseau Discours d’Afrique, elle a contribué à la publication de l’ouvrage L’information dessinée en Afrique francophone (PUB, 2019). Elle est l’auteure d’une thèse de doctorat (2014) sur la poésie maghrébine francophone : Poétique de la rive : la forme en jeu. La poésie de langue française issue du Maghreb (1995-2005). Ses travaux portent sur les formes et l’intermédialité dans la littérature francophone, ainsi que sur l’enseignement du FLE par le théâtre. Elle a co-dirigé l’ouvrage collectif Pour un Théâtre-Monde. Plurilinguisme, interculturalité, transmission (PUB, 2013) et le numéro 2 de la revue Horizons/Théâtre, « Théâtre et éducation » (PUB, mars 2013).

Bibliographie

Abdallah-Pretceille Martine, « La pédagogie interculturelle : entre multiculturalisme et universalisme », Linguarum Arena, 2001, Vol. 2, p. 91-101.

Abdallah-Pretceille Martine, L’éducation interculturelle, Paris, PUF, Coll.  « Que sais-je ? », 1999. 

Abdallah-Pretceille Martine et Porcher Louis, Éducation et communication interculturelles, Paris, UF, coll. « Éducation et formation » 1996, réimpression 2005.

Abdallah-Pretceille Martine, Vers une pédagogie interculturelle, Paris, Anthropos, 1994, réimpression 2004.

Blanchet Philippe, « L’approche interculturelle comme principe didactique et pédagogique structurant dans l’enseignement/apprentissage de la pluralité linguistique », [en ligne]. Centre de Recherche sur la Diversité Linguistique de la Francophonie (EA 3207) Université Rennes 2 Haute Bretagne – France  URL : http://ressources-cla.univ-fcomte.fr/gerflint/chili3/blanchet.pdf

Blanchet Philippe, Coste Daniel (Dir.) Regards critiques sur la notion d’interculturalité (pour une didactique de ka pluralité linguistique et culturelle), Paris, L’Harmattan, 2010.

De Smet Noëlle et Rasson Nathalie, À l’école de l’interculturel. Pratiques pédagogiques en débat, Bruxelles, Confédération générale des enseignants, 1993.

Dufays Jean-Louis, Stéréotype et lecture, essai sur la réception littéraire, Liège, Mardaga, Philosophie et langage, 1994.

Giraud M. (1995), « L’approche interculturelle : faux débats et vrais enjeux », in Identités et cultures à l’école, Migrants formation, 1995, n° 102, CNDP, 51-73.

Gratton Anne-Michèle, « De l’interculturel à l’intra culturel. Écrire en langue étrangère en pays étranger », dans Synergies Sud-Est, 2008, européen n° 1, pp. 137-148.

Kerzil Jennifer, « L’éducation interculturelle en France : un ensemble de pratiques évolutives au service d’enjeux complexes », Carrefours de l’éducation, 2002/2, n° 14, p. 120-159.

Lahire, Bernard, L’homme pluriel. Les ressorts de l’action, Paris, Nathan, 1998.

Mackey, William F., Bilinguisme et contact des langues. Paris, Klincksieck, 1996 (réimpression de 1976).

Perrichon Emilie, « Perspective actionnelle et pédagogie du projet : De la culture      individuelle à la construction d’une culture d’action collective », Synergies Pays Riverains de la Baltique, 2009,  n°6, pp. 91-111.

Pierra Gisèle, Une esthétique théâtrale en langue étrangère, Paris, L’Harmattan, 2001.

Puren Christian, « Perspectives actionnelles et perspectives culturelles en didactique des langues-cultures : vers une perspective co-actionnelle co-culturelle », Langues modernes, juil.-août-sept. 2002, n° 3, pp. 55-71. 

Séminaire du 21/05/21. Valentin Feussi, Université d’Angers, « Approches de l’insécurité linguistique d’écrivains francophones : concevoir les langues à partir d’expériences ? »

Depuis les travaux fondateurs de Labov (1976) puis de Gueunier, Genouvrier et Khomsi (1978) qui envisagent l’insécurité linguistique (désormais IL) dans une perspective variationnelle, ce phénomène est habituellement abordé sous l’angle de tensions inhérentes aux rapports diglossiques entre des langues.

Bien que Calvet (1999) ou Bretegnier (2002) montrent que ce phénomène peut induire  une dynamique identitaire, l’IL reste majoritairement considérée comme un sentiment et un malaise auquel on peut accéder grâce à des marques objectives.

À partir d’expériences d’écriture d’écrivains francophones, la présente réflexion se propose d’élargir ce point de vue pour davantage souligner les dimensions non nécessairement objectives de l’IL. Il s’agira d’aborder ce phénomène sous une optique délinguisée (Klinkenberg, 2020) pour en interroger les sources et les enjeux pour l’écrivain qui se met toujours en scène, expérientiellement, dans sa production. J’exploiterai ainsi les ressources littéraires (Ahmadou Kourouma) et extraits d’entretiens d’écrivains (Cheikh Hamidou Kane et Djaïli Amadou Amal ) en m’inspirant du point de vue de l’anthropologie comparée (Humboldt, 1974) pour revisiter d’une part la conceptualisation habituelles de l’IL en littérature et expliciter d’autre part une interprétation moins formelle de l’IL. Je terminerai alors mon propos sur l’esquisse d’une conception expérientielle de « langue », une des nombreuses conséquences épistémologiques d’une telle démarche.

Valentin Feussi  est  Professeur à l’Université d’Angers. Il s’intéresse à la sociolinguistique, à la didactique des langues et aux francophonies à partir d’expériences des contacts de langues. Il réfléchit ainsi à la diversité des langues et des cultures et à leurs implications épistémologiques et méthodologiques

Quelques repères bibliographiques :

Bretegnier A., 2002, « Regards sur l’insécurité linguistique » in Bretegnier A. et G. Ledegen, Sécurité/insécurité linguistique : terrains et approches diversifiés, Paris, L’Harmattan, pp. 7-33.

Calvet L.-J., 1999, Pour une écologie des langues du monde, Paris, Plon.

Feussi V. et J. Lorilleux (dir.), 2020, (In)sécurité linguistique en francophonies. Perspectives in(ter)disciplinaires, Paris, L’Harmattan.

Feussi V. et D. de Robillard, «“La francophonie”: prolégomènes à une perspective de la réception», dansLe français en Afrique,n°31, 2017, p.15-43.

Gueunier N., Genouvrier E. et Khomsi A., 1978, Les Français devant la norme, Contribution à une étude de la norme du français parlé, Paris, Champion.

Humboldt W. v., 1974, Introduction à l’oeuvre sur le kavi et autres essais, traduction et introduction de Pierre Caussat, Paris, Seuil.

Klinkenberg J.-M., 2020, « De l’insécurité linguistique à l’insécurité sémiotique. Le retour du social » in Feussi V. et J. Lorilleux, (In)sécurité linguistique en francophonies. Perspectives in(ter)disciplinaires, Paris, L’Harmattan, pp. 201-210.

Labov W., 1976 [1972], Sociolinguistique, Paris, Éditions de Minuit.