Journée d’études du 15 octobre 2021 – Des écrivains à l’école. Des langues en partage.

Journée d’études du 15 octobre 2021 – Des écrivains à l’école. Des langues en partage.

Aujourd’hui, de nombreux écrivains sont impliqués dans des projets d’actions éducatives (ateliers d’écriture…) en contexte scolaire. La journée d’études s’intéresse aux enjeux et modalités de ces collaborations entre écrivains et acteurs du monde éducatif, spécifiquement quand elles sont liées avec la valorisation de la diversité linguistique ou la valorisation de certaines langues en contexte minoritaire. Quels rôles pour les écrivains dans ces actions éducatives ? Quels impacts sur leur écriture ?

9h30-10h : accueil, café

10-11h30 : Quand Mister Wolfy Loupo rencontre une menina que passa…

Entretien avec Elsa Valentin, animé par Sylvie Servoise (Le Mans Université, 3LAM)

14h00-14h45 : En Quête de langues Entretien (enregistré) avec Stéphanie Benson, animé par Nadja Maillard-De La Corte Gomez (Université d’Angers, CIRPaLL)

15h-16h : Des albums plurilingues, pour qui ? Découverte d’un projet d’édition d’un conte traditionnel en plusieurs langues

Table ronde avec Kahina Azzegag, Françoise Leclaire et Valentina Semeghini (éditions Sa Lang, association AFaLaC), animée par Isabelle Audras (Le Mans Université, Cren) et Maëva Touzeau-Rousseau (Université d’Angers, CIRPaLL)

16h-16h30 : clôture de la journée d’études par Aude Bretegnier (Le Mans Université, Cren) et Sylvie Servoise (Le Mans Université, 3LAM)

Comité d’organisation : Isabelle Audras (Le Mans Université, Cren), Nadja Maillard-De La Corte Gomez (Université d’Angers, CIRPaLL), Sylvie Servoise (Le Mans Université, 3LAM), Maëva Touzeau-Rousseau (Université d’Angers, CIRPaLL)

Maison de la recherche Germaine Tillon 5 bis Boulevard Lavoisier, Angers

Lien pour assister à la JE – ATTENTION LE LIEN A ÉTÉ MODIFIÉ SUITE A UN PROBLÈME TECHNIQUE :

https://univ-angers.cloud.panopto.eu/Panopto/Pages/Viewer.aspx?id=c9340011-8fbb-42ba-873c-adc20085ff38

Le programme détaillé :

Séminaire du 21/05/21. Yamna Chadli Abdelkader, Université Bordeaux Montaigne, « Dynamiques interculturelles et plurilingues suscitées par les pratiques théâtrales en classe de FLE : enjeux didactiques et esthétiques »

Comment faire jouer L’école des femmes, le Cyrano de Rostand, le théâtre de Beckett en classe de Français Langue Etrangère ? Quels sont les enjeux et les implications didactiques du projet théâtre dans ce contexte d’apprentissage

expérience de quinze ans, un constat s’impose : conduire une activité de théâtre en classe de FLE avec un groupe d’étudiants pluriculturel, c’est avant tout accepter d’accueillir une variété de langues et de cultures au sein d’un texte du répertoire ou bien d’une création originale.

Dans ce temps de la création à voix multiples, si le français en tant que langue d’expression est l’élément fédérateur du groupe puisque langue d’apprentissage, d’autres langues se manifestent tant il est difficile pour l’apprenant de toujours maîtriser le surgissement de sa langue première. Croyant s’exprimer en français, l’étudiant emploie des termes qu’involontairement il adapte au lexique français, des tournures qui n’existent que dans sa langue et va parfois jusqu’à traduire littéralement.

À ces interférences linguistiques, s’ajoutent celles des représentations culturelles, ou bien de gestes et d’attitudes corporelles induites par la culture première. L’enseignant de français qui initie ses apprenants au théâtre, est confronté à cette question : comment tirer parti de ces contacts de langue-culture ? S’agit-il de les considérer comme de simples indices renseignant sur le stade d’acquisition franchi ? Le double apprentissage qui a lieu dans le cours de théâtre d’un département de FLE dont la mission est avant tout celle de l’enseignement de la langue confère au traitement de l’interférence des enjeux multiples, tant didactiques qu’esthétiques.

Yamna CHADLI ABDELKADER est maîtresse de conférences en littératures francophones au Centre d’Études Linguistiques et Littéraires Francophones et Africaines (CELFA-EA 4593 CLARE), à l’Université Bordeaux Montaigne. Membre du Réseau Discours d’Afrique, elle a contribué à la publication de l’ouvrage L’information dessinée en Afrique francophone (PUB, 2019). Elle est l’auteure d’une thèse de doctorat (2014) sur la poésie maghrébine francophone : Poétique de la rive : la forme en jeu. La poésie de langue française issue du Maghreb (1995-2005). Ses travaux portent sur les formes et l’intermédialité dans la littérature francophone, ainsi que sur l’enseignement du FLE par le théâtre. Elle a co-dirigé l’ouvrage collectif Pour un Théâtre-Monde. Plurilinguisme, interculturalité, transmission (PUB, 2013) et le numéro 2 de la revue Horizons/Théâtre, « Théâtre et éducation » (PUB, mars 2013).

Bibliographie

Abdallah-Pretceille Martine, « La pédagogie interculturelle : entre multiculturalisme et universalisme », Linguarum Arena, 2001, Vol. 2, p. 91-101.

Abdallah-Pretceille Martine, L’éducation interculturelle, Paris, PUF, Coll.  « Que sais-je ? », 1999. 

Abdallah-Pretceille Martine et Porcher Louis, Éducation et communication interculturelles, Paris, UF, coll. « Éducation et formation » 1996, réimpression 2005.

Abdallah-Pretceille Martine, Vers une pédagogie interculturelle, Paris, Anthropos, 1994, réimpression 2004.

Blanchet Philippe, « L’approche interculturelle comme principe didactique et pédagogique structurant dans l’enseignement/apprentissage de la pluralité linguistique », [en ligne]. Centre de Recherche sur la Diversité Linguistique de la Francophonie (EA 3207) Université Rennes 2 Haute Bretagne – France  URL : http://ressources-cla.univ-fcomte.fr/gerflint/chili3/blanchet.pdf

Blanchet Philippe, Coste Daniel (Dir.) Regards critiques sur la notion d’interculturalité (pour une didactique de ka pluralité linguistique et culturelle), Paris, L’Harmattan, 2010.

De Smet Noëlle et Rasson Nathalie, À l’école de l’interculturel. Pratiques pédagogiques en débat, Bruxelles, Confédération générale des enseignants, 1993.

Dufays Jean-Louis, Stéréotype et lecture, essai sur la réception littéraire, Liège, Mardaga, Philosophie et langage, 1994.

Giraud M. (1995), « L’approche interculturelle : faux débats et vrais enjeux », in Identités et cultures à l’école, Migrants formation, 1995, n° 102, CNDP, 51-73.

Gratton Anne-Michèle, « De l’interculturel à l’intra culturel. Écrire en langue étrangère en pays étranger », dans Synergies Sud-Est, 2008, européen n° 1, pp. 137-148.

Kerzil Jennifer, « L’éducation interculturelle en France : un ensemble de pratiques évolutives au service d’enjeux complexes », Carrefours de l’éducation, 2002/2, n° 14, p. 120-159.

Lahire, Bernard, L’homme pluriel. Les ressorts de l’action, Paris, Nathan, 1998.

Mackey, William F., Bilinguisme et contact des langues. Paris, Klincksieck, 1996 (réimpression de 1976).

Perrichon Emilie, « Perspective actionnelle et pédagogie du projet : De la culture      individuelle à la construction d’une culture d’action collective », Synergies Pays Riverains de la Baltique, 2009,  n°6, pp. 91-111.

Pierra Gisèle, Une esthétique théâtrale en langue étrangère, Paris, L’Harmattan, 2001.

Puren Christian, « Perspectives actionnelles et perspectives culturelles en didactique des langues-cultures : vers une perspective co-actionnelle co-culturelle », Langues modernes, juil.-août-sept. 2002, n° 3, pp. 55-71. 

Séminaire du 21/05/21. Valentin Feussi, Université d’Angers, « Approches de l’insécurité linguistique d’écrivains francophones : concevoir les langues à partir d’expériences ? »

Depuis les travaux fondateurs de Labov (1976) puis de Gueunier, Genouvrier et Khomsi (1978) qui envisagent l’insécurité linguistique (désormais IL) dans une perspective variationnelle, ce phénomène est habituellement abordé sous l’angle de tensions inhérentes aux rapports diglossiques entre des langues.

Bien que Calvet (1999) ou Bretegnier (2002) montrent que ce phénomène peut induire  une dynamique identitaire, l’IL reste majoritairement considérée comme un sentiment et un malaise auquel on peut accéder grâce à des marques objectives.

À partir d’expériences d’écriture d’écrivains francophones, la présente réflexion se propose d’élargir ce point de vue pour davantage souligner les dimensions non nécessairement objectives de l’IL. Il s’agira d’aborder ce phénomène sous une optique délinguisée (Klinkenberg, 2020) pour en interroger les sources et les enjeux pour l’écrivain qui se met toujours en scène, expérientiellement, dans sa production. J’exploiterai ainsi les ressources littéraires (Ahmadou Kourouma) et extraits d’entretiens d’écrivains (Cheikh Hamidou Kane et Djaïli Amadou Amal ) en m’inspirant du point de vue de l’anthropologie comparée (Humboldt, 1974) pour revisiter d’une part la conceptualisation habituelles de l’IL en littérature et expliciter d’autre part une interprétation moins formelle de l’IL. Je terminerai alors mon propos sur l’esquisse d’une conception expérientielle de « langue », une des nombreuses conséquences épistémologiques d’une telle démarche.

Valentin Feussi  est  Professeur à l’Université d’Angers. Il s’intéresse à la sociolinguistique, à la didactique des langues et aux francophonies à partir d’expériences des contacts de langues. Il réfléchit ainsi à la diversité des langues et des cultures et à leurs implications épistémologiques et méthodologiques

Quelques repères bibliographiques :

Bretegnier A., 2002, « Regards sur l’insécurité linguistique » in Bretegnier A. et G. Ledegen, Sécurité/insécurité linguistique : terrains et approches diversifiés, Paris, L’Harmattan, pp. 7-33.

Calvet L.-J., 1999, Pour une écologie des langues du monde, Paris, Plon.

Feussi V. et J. Lorilleux (dir.), 2020, (In)sécurité linguistique en francophonies. Perspectives in(ter)disciplinaires, Paris, L’Harmattan.

Feussi V. et D. de Robillard, «“La francophonie”: prolégomènes à une perspective de la réception», dansLe français en Afrique,n°31, 2017, p.15-43.

Gueunier N., Genouvrier E. et Khomsi A., 1978, Les Français devant la norme, Contribution à une étude de la norme du français parlé, Paris, Champion.

Humboldt W. v., 1974, Introduction à l’oeuvre sur le kavi et autres essais, traduction et introduction de Pierre Caussat, Paris, Seuil.

Klinkenberg J.-M., 2020, « De l’insécurité linguistique à l’insécurité sémiotique. Le retour du social » in Feussi V. et J. Lorilleux, (In)sécurité linguistique en francophonies. Perspectives in(ter)disciplinaires, Paris, L’Harmattan, pp. 201-210.

Labov W., 1976 [1972], Sociolinguistique, Paris, Éditions de Minuit.

Séminaire Pluri2L du 21/05/21

Le21 février 2021, à partir de 14h, le séminaire Pluri2L et le séminaire de l’axe 3 du laboratoire Cirpall proposent un programme commun :

Valentin Feussi, Université d’Angers :
« Approches de l’insécurité linguistique d’écrivains francophones : concevoir les langues à partir d’expériences ? »

Yamna Chadli, Université Bordeaux-Montaigne : « Dynamiques interculturelles et plurilingues suscitées par les pratiques théâtrales en classe de FLE : enjeux didactiques et esthétiques »

Séminaire du 18/02/21. Marie-Christine Anastassiadi, “Introduire les apprenants de FLE dans l’univers des albums de Mario Ramos”

Un loup prétentieux et peu malin, un éléphant timide, un lion couronné, des singes, des cochons, des souris font partie des animaux de l’univers de Mario Ramos (1958-2012), un monde qui peut être à l’envers, comme dans son premier album publié en 1995. Dans la trentaine d’albums qu’il a laissés, il a abordé, sans volonté pédagogique ou didactique, des thématique pertinentes qui incitent les enfants à se questionner sur le monde contemporain : la différence, l’exclusion, le pouvoir, le besoin de reconnaissance, l’importance de l’apparence, la société de compétition, la valeur des petits moments de pause… Dans ses textes et dessins, Mario Ramos privilégiait la simplicité, laissant plus de place à l’imaginaire du lecteur. Ses histoires, construites sur le principe de la chute finale, surprennent par leur humour. Ramos était conscient que ses albums pouvaient séduire les lecteurs adultes : « L’album pour enfants parle aussi aux adultes. Il est un pont entre les générations. D’où l’importance des différents niveaux de lecture. »

Notre proposition est de travailler sur les différents niveaux de lecture à partir des albums de Mario Ramos avec un public de niveau introductif ou intermédiaire en FLE, indépendamment de son âge. Les albums de Ramos comportent des textes drôles et touchants, accessibles d’un point de vue linguistique, accompagnés d’images qui permettent de baliser la lecture. Nous proposons d’exploiter leurs valeurs littéraires pour les mettre en réseau avec d’autres histoires, d’autres auteurs et développer les compétences interprétatives des apprenants, indissociables du plaisir de lire.

Marie-Christine Anastassiadi est professeur associé de langue française et de pratique de la Traduction au Département de Langue et Littérature françaises de l’Université Nationale et Capodistrienne d’Athènes. Ses domaines de recherche sont la didactique des langues étrangères, la traduction, les études interculturelles et la littérature de jeunesse. Elle est responsable à l’Université d’Athènes du Master francohellénique avec l’Université d’Angers intitulé : « Enseignants de langue en Europe : formation à la diversité linguistique et culturelle des publics scolaires ».

Séminaire du 18/02/21. Marina Vihou : « La rencontre de soi et de l’autre dans Le fils du brouillard de Georges Moustaki : une proposition d’exploitation pour la classe de FLE»

Le but de cette intervention est de sensibiliser les apprenant.e.s de FLE à une exploitation favorisant la réflexion interculturelle à partir du livre de Georges Moustaki et Siegfried Meïr Le fils du brouillard (2000).

Les démarches proposées, s’inscrivant dans les principes de la littératie critique (McLaughlin & DeVoogd 2004), visent à engager les apprenants.e.s dans une lecture et interprétation réflexives. De ce point de vue, on s’intéresse aux identités des deux protagonistes du livre, à leurs parcours de vie parallèles mais différents et aux représentations de l’Autre, surgissant des pages du livre.   

Le contexte historique du livre renvoie à la deuxième guerre mondiale et, plus particulièrement, à la vie du jeune adolescent Siegfried dans les camps de concentration de Mauthausen et d’Auschwitz, pendant que l’adolescence de Georges se déroule insouciamment sous le soleil méditerranéen de sa ville natale, Alexandrie. Vecteurs tous les deux d’identités linguistiques et culturelles plurielles, Georges et Siegfried cherchent à chasser les brouillards qui hantent leurs vies. Ce dialogue avec le passé de l’Autre – à première vue éloigné de la vie des lecteurs – incite à une considération diachronique et introspective.  

Marina Vihou est professeure adjointe du Département de Langue et Littérature Françaises de l’Université Nationale et Capodistrienne d’Athènes. Ses recherches portent sur la dimension interculturelle du cours de FLE. Elle s’intéresse aussi à la considération diachronique des rapports interculturels et à sa contribution au développement de la compétence interculturelle. Elle est l’auteure du livre Le mémoire oublié d’Alexandre Rizo Rangabé sur l’affaire des mines du Laurium (2013) et du petit manuel numérique Le mémoire-recherche en didactique des langues-cultures (2015).

Séminaire Pluri2L du 18/02/21

Le 18 février 2021, le séminaire Pluri2L proposera deux conférences :

Marie-Christine Anastassiadi, Université nationale et capodistrienne d’Athènes : “Introduire les apprenants de FLE dans l’univers des albums de Mario Ramos” 

Marina Vihou, Université nationale et capodistrienne d’Athènes : “La rencontre de soi et de l’autre dans Le fils du brouillard de Georges Moustaki  une proposition d’exploitation pour la classe de FLE”

Séminaire du 28/01/21. Ozias Mbida : « Enseigner les littératures des relèves : un enjeu passé sous silence ? »

Depuis à peu près deux décennies, les cultures éducatives de l’Afrique noire francophone attendent de l’enseignement de la littérature qu’elle apporte une dynamique nouvelle à l’hétérogénéité identitaire présente dans le groupe-classe de français pour une valorisation effective de la diversité culturelle. Mais la classe de français apparait plutôt comme un espace de confrontation théorique et de lutte de positionnement de divers enjeux symboliques, où l’intérêt de l’apprenant est souvent relégué au second plan. En plus des confrontations théoriques, le contexte de l’Afrique noire francophone est marqué par l’implication des organisations institutionnelles comme la Francophonie, par l’héritage culturel colonial… Autant de paramètres « parasites » qui rendent complexe l’atteinte des objectifs d’hétérogénéité identitaire en classe de français.

Notre communication, portée par un point de vue didactique, veut interroger l’enseignement de la littérature dans la classe de français en Afrique noire francophone à travers la notion de « langue-culture », les notions d’ « homogénéité » et d’ « hétérogénéité » identitaire.

Mots clés : identité, littérature, langue-culture, homogénéité, hétérogénéité.

Ozias Mbida a été professeur de français dans le secondaire au Cameroun, puis professeur de FLE et enfin directeur pédagogique en Alliance Française. Actuellement doctorant en sciences du langage et didactique des langues et des cultures à l’université d’Angers (laboratoire CIRpaLL) sa recherche porte spécifiquement sur la didactique de la littérature. Il interroge à l’occasion les notions de ”culture”, d”identité” et d”’approches didactiques” en lien avec les contextes institutionnels de transmission. Ozias Mbida est aussi chargé d’enseignement à l’université d’Angers et à l’université catholique de l’Ouest depuis septembre 2019.  

Séminaire du 28/01/21. Chiara Bemporad et Cyrille François : “Lecture littéraire en L2 et textes médiateurs

Dans cette intervention à deux voix, nous aimerions présenter un projet de recherche en didactique de la littérature en FLE qui vise à analyser les processus de lecture de textes littéraires dans une dimension FLE et plurilingue.

Nous décrirons plus particulièrement une recherche-action que nous menons à l’Université de Lausanne mettant en place un dispositif qui amène les étudiant·e·s FLE de différents niveaux (A1-B2) à comparer des textes littéraires canonisés du XIXe siècle (Dumas, Verne, Zola ou Hugo, par exemple) à des réécritures simplifiées ou adaptées pour apprenant·e·s de FLE ou pour la jeunesse, afin de développer des compétences d’analyse et d’interprétation par la confrontation de ces textes.

Bien que les textes canoniques soient perçus comme difficiles d’accès, notamment pour un public FLE de niveau débutant ou intermédiaire, certain·e·s apprenant·e·s adultes, lecteurs experts dans leurs autres langues, cherchent à lire ces œuvres classiques et patrimoniales. Souvent découragé·e·s par les difficultés de compréhension, ils rejettent néanmoins parfois les textes adaptés à leur niveau car ils ne leur semblent pas assez « littéraires », ni intéressants. Conçues pour remplacer les œuvres dont elles sont issues, ces réécritures peuvent cependant être utilisées différemment, en complément du texte source, dans une étape intermédiaire du processus de construction de sens, pour en faciliter l’accès et laisser ainsi plus de liberté et d’autonomie au lecteur.

Après une présentation des principaux types de textes adaptés et des éditions disponibles sur le marché, nous décrirons des dispositifs mis en place pour les exploiter. Les différentes tâches proposées seront mises en relation avec le niveau des apprenant·e·s, les objectifs à atteindre en termes de compréhension et d’interprétation des textes, ainsi que le type de production (écrite ou orale) attendu. Nous pensons en effet que c’est la didactisation d’activités pertinentes qui permet de mettre en avant la dimension agentive du sujet-lecteur en favorisant son autonomie et de meilleures performances de lecture.

Chiara Bemporad est professeure associée à la Haute école pédagogique du Canton de Vaud et Privat Docent à l’Université de Lausanne.  A côté de son travail comme formatrice d’enseignant de langues et cultures, elle poursuit des recherches en didactique des langues étrangères, français notamment, en didactique de la littérature et de la lecture dans une perspective plurilingue. Auteure de plusieurs articles et chapitres d’ouvrages, elle a notamment co-dirigé des ouvrages concernant la didactique de la littérature et la lecture, comme le récent numéro 64 de Recherches et Applications Lectures de la littérature et appropriation des langues et cultures.Cyrille François est maître d’enseignement et de recherche à l’Université de Lausanne. Ses recherches portent sur les stratégies narratives des contes de Perrault, Grimm et Andersen, sur les questions de traduction et d’adaptation de textes littéraires, et de didactique de la littérature en FLE. Il a notamment publié les ouvrages Les Voix des contes (PUBP, 2017) et Contes et histoires choisis d’Andersen (collection bilingue chez Classiques Garnier, 2017)

Séminaire Pluri2L du 28/01/21

Le 18 janvier 2021, le séminaire Pluri2L proposera deux conférences :

Cyrille François, Université de Lausanne et Chiara Bemporad, Université de Lausanne et Haute École Pédagogique du Canton de Vaud :

“Lecture littéraire en L2 et textes médiateurs”

Ozias Mbida, Université d’Angers :

“La perspective identitaire de l’enseignement de la littérature en contexte plurilingue: le cas de l’Afrique noire francophone”