Valentin Feussi : Approches de l’insécurité linguistique d’écrivains francophones : concevoir les langues à partir d’expériences ? (séminaire du 21/05/21)

Depuis les travaux fondateurs de Labov (1976) puis de Gueunier, Genouvrier et Khomsi (1978) qui envisagent l’insécurité linguistique (désormais IL) dans une perspective variationnelle, ce phénomène est habituellement abordé sous l’angle de tensions inhérentes aux rapports diglossiques entre des langues.

Bien que Calvet (1999) ou Bretegnier (2002) montrent que ce phénomène peut induire  une dynamique identitaire, l’IL reste majoritairement considérée comme un sentiment et un malaise auquel on peut accéder grâce à des marques objectives.

À partir d’expériences d’écriture d’écrivains francophones, la présente réflexion se propose d’élargir ce point de vue pour davantage souligner les dimensions non nécessairement objectives de l’IL. Il s’agira d’aborder ce phénomène sous une optique délinguisée (Klinkenberg, 2020) pour en interroger les sources et les enjeux pour l’écrivain qui se met toujours en scène, expérientiellement, dans sa production. J’exploiterai ainsi les ressources littéraires (Ahmadou Kourouma) et extraits d’entretiens d’écrivains (Cheikh Hamidou Kane et Djaïli Amadou Amal ) en m’inspirant du point de vue de l’anthropologie comparée (Humboldt, 1974) pour revisiter d’une part la conceptualisation habituelles de l’IL en littérature et expliciter d’autre part une interprétation moins formelle de l’IL. Je terminerai alors mon propos sur l’esquisse d’une conception expérientielle de « langue », une des nombreuses conséquences épistémologiques d’une telle démarche.

Valentin Feussi  est  Professeur à l’Université d’Angers. Il s’intéresse à la sociolinguistique, à la didactique des langues et aux francophonies à partir d’expériences des contacts de langues. Il réfléchit ainsi à la diversité des langues et des cultures et à leurs implications épistémologiques et méthodologiques

Quelques repères bibliographiques :

Bretegnier A., 2002, « Regards sur l’insécurité linguistique » in Bretegnier A. et G. Ledegen, Sécurité/insécurité linguistique : terrains et approches diversifiés, Paris, L’Harmattan, pp. 7-33.

Calvet L.-J., 1999, Pour une écologie des langues du monde, Paris, Plon.

Feussi V. et J. Lorilleux (dir.), 2020, (In)sécurité linguistique en francophonies. Perspectives in(ter)disciplinaires, Paris, L’Harmattan.

Feussi V. et D. de Robillard, «“La francophonie”: prolégomènes à une perspective de la réception», dansLe français en Afrique,n°31, 2017, p.15-43.

Gueunier N., Genouvrier E. et Khomsi A., 1978, Les Français devant la norme, Contribution à une étude de la norme du français parlé, Paris, Champion.

Humboldt W. v., 1974, Introduction à l’oeuvre sur le kavi et autres essais, traduction et introduction de Pierre Caussat, Paris, Seuil.

Klinkenberg J.-M., 2020, « De l’insécurité linguistique à l’insécurité sémiotique. Le retour du social » in Feussi V. et J. Lorilleux, (In)sécurité linguistique en francophonies. Perspectives in(ter)disciplinaires, Paris, L’Harmattan, pp. 201-210.

Labov W., 1976 [1972], Sociolinguistique, Paris, Éditions de Minuit.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Nadja Maillard-De La Corte Gomez (17 mai 2021). Valentin Feussi : Approches de l’insécurité linguistique d’écrivains francophones : concevoir les langues à partir d’expériences ? (séminaire du 21/05/21). Séminaire pluri2L. Consulté le 22 juillet 2024 à l’adresse https://pluri2l.hypotheses.org/88


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.