Archives de catégorie : Séminaire Pluri2l

Marie Rivière : Émotions et langues de lecture chez des lectrices et des lecteurs plurilingues (séminaire du 18/04/24)

Ce séminaire explore les dimensions subjectives des pratiques de lecture plurilingues. Il s’appuie sur des témoignages de lectrices et lecteurs adultes au moins trilingues, interrogé·es sur leurs lectures de livres de fiction ou non-fiction. On s’interroge d’abord sur l’impact de l’ordre et du contexte (plus ou moins affectif) d’appropriation sur le pouvoir émotionnel des langues de lecture. On se demande ensuite comment les rapports de force sociolinguistiques influencent les ressentis et les préférences linguistiques. On verra que les réceptions des plurilingues sont souvent plus complexes et surprenantes qu’on l’imagine et on donnera des pistes pédagogiques pour encourager la lecture en plusieurs langues.

(crédit photos : A. De Saint Exupéry – Le Petit Prince)

Marie Rivière est éditrice, enseignante de FLE et de didactique des langues à l’Université de Barcelone

Le séminaire se déroule le 18 avril 2024, de 17h à 18h30, à distance, via Teams. Pour y assister, demandez le lien au plus tard le 18 avril à midi à nadja.maillard[@]univ-angers.fr et maeva.touzeau[@]univ-angers.fr.

Donatienne Woerly : Les figurations de la langue dans la bande dessinée (séminaire du 28/03/24)

« Je propose de présenter des travaux en cours portant sur les usages de la bande dessinée en FLE. Je montrerai d’une part de quelle manière la bande dessinée permet de représenter un grand nombre de situations plurilingues, des effets de réel jusqu’à l’expérience plurilingue elle-même, et quels textes peuvent être utilisés dans le cadre d’une formation aux parcours plurilingues. Je présenterai également une recherche en cours, en collaboration avec Emmanuelle Guérin, sur les usages du français parlé en FLE : à partir des Cahiers d’Esther, on se demandera si les phylactères ou les narratifs travaillent vraiment sur une figuration du français parlé ou s’ils obéissent plutôt à des conventions d’ordre littéraire, relevant ainsi d’un contrat de lecture qu’il s’agit de prendre en considération avant d’enseigner l’oral par la BD. Ce sera enfin l’occasion de présenter le programme des journées d’études BD LEEL. »

Donatienne Woerly est maîtresse de conférences au département de Didactique du français langue étrangère de l’Université Sorbonne Nouvelle et membre du DILTEC. Ses travaux, associant littérature et didactique des langues, portent sur la sélection, la réception et le renouvellement des corpus littéraires pour l’enseignement du FLE. Elle aborde aussi les ateliers de lecture-écriture comme lieu de construction d’une conscience et d’une expérience plurilingue. Elle travaille également sur la représentation des langues et du plurilinguisme dans la bande dessinée, par exemple dans les œuvres de Riad Sattouf ou de ZeinaAbirached.

Woerly, D. (2023). « Représentations d’un plurilinguisme conflictuel dans l’album autobiographique l’Arabe du Futur de Riad Sattouf ». Glottopol, no 38, 2023. https://doi.org/10.4000/glottopol.3381.

Woerly, D. , et Zeina Abirached (2022). « Dessiner entre les langues, raconter entre les arts : Les bilinguismes multiples de Zeina Abirached ». In Ecrire entre les langues, Cros I. et Godard A., 15‑32. Editions des Archives Contemporaines, Paris, 2022. https://doi.org/10.17184/eac.6438.

Woerly, D.  (2022), « La variation linguistique et sa censure dans les extraits littéraires pour l’enseignement/apprentissage du FLE», in Liu, Michel (dir.), Echantillons représentatifs et discours didactiques, Editions des Archives Contemporaines, Paris, pp. 75-90. https://doi.org/10.17184/eac.6541

Godard A., Aboab D., Allaneau V. et Woerly D. (2022). “Des ateliers littéraires et plurilingues en FLE : de la conscience linguistique à l’expérience langagière”. Dominique Ulma, Anne Pauzet, Anne Prouteau. Écritures créatives. Représentations contemporaines et enjeux professionnels, Presses Universitaires de Rennes, p. 177-192.

Le séminaire se déroule le 28 mars 2024, de 15h30 à 17h30, à distance, via Teams. Pour y assister, demandez le lien au plus tard le 28 mars à midi à nadja.maillard[@]univ-angers.fr et maeva.touzeau[@]univ-angers.fr.

Programme du séminaire Pluri2L – 2024

En 2024 sont proposés 3 séminaires Pluri2L :

28 mars 2024  – 15h30 à 17h30

Donatienne Woerly (Université Sorbonne nouvelle)

Les figurations de la langue dans la bande dessinée : questions de plurilinguisme et d’oralité pour l’enseignement-apprentissage du FLES.

18 avril 2024  – 17h00 à 18h30

Marie Rivière (Université de Barcelone)

Émotions et langues de lecture chez des lectrices et lecteurs plurilingues

23 mai 2024 – 17h00 à 18h30

Laurence Pieropan (université de Mons)

Littérature de la “post-migration” – Fatou Diome et Leïla Slimani – et Flsco en Belgique (titre provisoire)

Liens teams sur demande à : nadja.maillard[@]univ-angers.fr et maeva.touzeau[@]univ-angers.fr

Elodie Malanda : Littérature de jeunesse antiraciste. Stratégies et paradoxes de la lutte antiraciste dans les livres pour enfants au XX° siècle (séminaire du 11/05/23)

On trouve dans la littérature de jeunesse un bon nombre d’ouvrages ayant à cœur de dénoncer le racisme et de faire des jeunes lecteurs et lectrices des personnes ouvertes au monde. Cependant, tous ces ouvrages ne sont pas toujours efficaces et certains auteur.ices y reproduisent même –inconsciemment– ce racisme qu’iels critiquent portant véhément. Quels sont les pièges de ces ouvrages bien intentionnés ? Comment les reconnaître pour les éviter ? Et quels sont les secrets des ouvrages qui transmettent une véritable conscience antiraciste à leurs jeunes lecteur.ices ? Élodie Malanda propose de montrer, à travers des exemples choisis, différentes stratégies antiracistes adoptées par les ouvrages pour la jeunesse et d’en analyser leur efficacité comme outils pour une éducation antiraciste.

Élodie Malanda est Assistant Professor of Children’sLiteratureStudies, Department of Culture Studies Tilburg University. Elle est l’autrice de : L’Afrique dans les romans pour la jeunesse en France et en Allemagne (1991-2010). Les pièges de la bonne intention, Paris, Honoré Champion, coll. « Francophonies », 2019.

Le séminaire se déroule le 11 mai 2023, de 16h30 à 18h, à distance, via Teams. Pour y assister, demandez le lien au plus tard le 11 mais à midi à nadja.maillard(arobase)univ-angers.fr et maeva.touzeau(arobase)univ-angers.fr.

Myriam Dupouy : Itinéraire d’une recherche sur la stylisation des accents en contextes divers de migrations. Des textes littéraires comme matériaux sociolinguistiques ? (séminaire du 6/04/23)

Cette présentation est l’occasion de présenter une recherche en cours sur la stylisation des accents dans des textes littéraires traitant des questions d’appropriation de la langue française dans divers contextes de mobilités/migrations. Je travaille donc à tisser des liens opérants entre sociolinguistique et littérature pour penser les rapports à la langue dans une interaction entre sociolinguistique et approche sociocritique, comprises comme des entrées disciplinaires où les interactions langagières et les textes littéraires sont des productions issues d’individualités ancrées dans des contextes sociaux et sociolinguistiques particuliers.

En me basant sur un corpus d’autrices et d’auteurs écrivant depuis la France métropolitaine et questionnant directement (ou moins directement) les rapports à la langue française, son apprentissage, les freins… je relève et analyse ce que les accents permettent de dire et donner à comprendre quant aux rapports construits aux langues et aux idéologies langagières qui les traversent.

Myriam Dupouy est maîtresse de conférences en Sciences du langage et en didactique des langues à Le Mans Université / CREN, thème 2 : Plurilinguismes, éducations, sociétés.  Ses travaux portent sur l’appropriation du français en contextes divers de migrations/mobilités et plus particulièrement sur le concept socio-linguistique et protéiforme d’accent. Tout le monde mobilise le terme d’accents (en avoir un, vouloir le perdre, le masquer l’exacerber…), mais de quoi parle-t-on vraiment ? Ces discours axiologiques sur les accents sont encore plus prégnants dans des contextes d’apprentissage et d’enseignement du français comme langue additionnelle, et leur analyse permet d’interroger les expériences personnelles mais aussi d’analyser des idéologies langagières plus larges en lien avec les rapports construits aux langues, et ici le français par rapport à d’autres langues des répertoires plurilingues.

Le séminaire se déroule le 6 avrl 2023, de 17h30 à 18h30, à distance, via Teams. Pour y assister, demandez le lien au plus tard le 9 février à midi à merci d’envoyer un mail à nadja.maillard(arobase)univ-angers.fr et maeva.touzeau(arobase)univ-angers.fr.

Mailis Romary et Elodie Macé : La ronde des langues, un concours d’écriture plurilingue ET Nadja Maillard-De La Corte Gomez : Si la littérature de jeunesse bi-plurilingue m’était contée… (séminaire du 2/03/23)

Le séminaire se déroule le 2 mars 2023, de 16h30 à 18h30, à distance, via Teams. Pour y assister, flashez le QR code, ou demandez le lien au plus tard le 2 février à midi à merci d’envoyer un mail à nadja.maillard(arobase)univ-angers.fr et maeva.touzeau(arobase)univ-angers.fr.

Arielle Feurich : Conter en FLE, les enjeux d’un atelier pour futur.es enseignant.es en contexte germanophone (CH) ET Charlotte Lindgren : Littérature et enseignement des langues. Echanges d’expériences, un parcours de recherche dans un contexte suédois (séminaire du 9/02/23)

Le séminaire se déroule le 9 février 2023, de 16h30 à 18h30, à distance, via Teams. Pour y assister, flashez le QR code, ou demandez le lien au plus tard le 9 février à midi à merci d’envoyer un mail à nadja.maillard(arobase)univ-angers.fr et maeva.touzeau(arobase)univ-angers.fr.

Anne Schneider : Tomi Ungerer, une enfance plurilingue (séminaire du 3/03/22)

Tomi Ungerer, artiste et illustrateur de génie, né en 1932, mort en 2019 a vécu son enfance dans une Alsace marquée par la Seconde guerre mondiale. De famille protestante, il a appris le français comme langue maternelle, l’alsacien sur le tas dans la cour de récréation au milieu de ses camarades, l’allemand à l’école des nazis, l’anglais en débarquant à New-York à l’âge de vingt ans. Sa trajectoire linguistique éclaire, non seulement son identité et le vécu d’un européen du XXe siècle, mais elle est également à l’origine d’une partie de son œuvre. Ainsi, dans À la guerre comme à la guerre, son récit autobiographique, il raconte comment cette réalité linguistique a façonné son enfance et son imaginaire et comment la question de la langue n’a cessé d’influencer son œuvre et ses dessins.

Nous étudierons ce récit autobiographique en l’éclairant par quelques-unes des interviews qui ont été menées sur Tomi Ungerer dans lesquelles il explique comment ce passage d’une langue à l’autre dans l’enfance structure sa pensée et nous verrons, à partir d’un exemple, l’album Otto, comment sont vécues la co-existence des langues, leur présence et leur résonance dans son œuvre et quel sens on peut lui donner.

Anne Schneider est agrégée de lettres et maître de conférences HDR en langue et littérature françaises à l’Université de Caen-Normandie, (INSPE)/ LASLAR EA 4256 depuis 2010.

Ses domaines de recherches, en littérature pour adultes et à destination des enfants, sont fondés sur la francophonie, en particulier sur les écrivain.e.s issus de l’immigration algérienne. Elle travaille également sur la guerre d’Algérie et les conflits contemporains racontés aux enfants. Elle a co-organisé un colloque international sur les écritures de la migration à l’Université de Caen-Normandie, sous presse aux éditions Peter Lang, 545 p.

Sa thèse, soutenue en 2008 à l’université Paris IV-Sorbonne sous la direction de Beïda Chikhi a été publiée sous le titre La Littérature de jeunesse migrante. Récits de l’Algérie à la France, L’Harmattan, 2013, 420 p.

Elle dirige la collection « Littérature de jeunesse et histoire » aux Presses Universitaires de Rouen-Le Havre.

Elle est présidente de l’Institut International Charles Perrault depuis 2018.

Le séminaire se déroule le 3 mars 2022, de 17h30 à 19h30, à distance, via Teams. Pour y assister, merci d’envoyer un mail à nadja.maillard(arobase)univ-angers.fr et maeva.touzeau(arobase)univ-angers.fr au plus tard la veille de la séance.

Benoit Doyon Gosselin : De la variation linguistique à la variation littéraire (séminaire du 3/03/22)

De la variation linguistique à la variation littéraire. Conception et utilisation de la littérature dans l’enseignement du français au secondaire : le cas de l’Acadie du Nouveau-Brunswick

En milieu minoritaire, l’insécurité linguistique peut avoir des répercussions sur ce qui peut être considéré comme des œuvres littéraires légitimes. Comment enseigne-t-on la littérature au secondaire en Acadie ? Comment sont formés les enseignantes et les enseignants ? Existe-il un patrimoine littéraire commun ? Cette conférence propose une réflexion sur la conception et l’utilisation de la littérature dans l’enseignement du français au secondaire en Acadie du Nouveau-Brunswick en comparaison avec l’approche préconisée en Ontario français. Dans une perspective de la sociologie de la littérature, il s’agit d’offrir une lecture analytique des programmes de la 9e à la 12e année. Ensuite, il sera question des listes de lecture suggérées pour chaque année du secondaire afin de mettre en lumière certaines incongruités. Enfin, la comparaison avec les pratiques de l’Ontario français témoigne qu’il est possible d’osciller entre le point de vue hégémonique et l’ancrage régional. Calquée sur l’expression « variation linguistique », la variation littéraire serait grandement utile pour la construction identitaire des élèves évoluant en milieu francophone minoritaire.

Benoit Doyon-Gosselin est vice-doyen de la Faculté des études supérieures et de la recherche à l’Université de Moncton. Il est également professeur titulaire et titulaire de la Chaire de recherche du Canada en études acadiennes et milieux minoritaires. Récemment, il a fait paraître aux Éditions Prise de parole une réédition annotée de Poèmes new-yorkais, recueil posthume de Gérald Leblanc en y incluant des lettres inédites.  Aussi, aux Éditions Perce-Neige est paru un collectif intitulé L’espace dans tous ses états qu’il a codirigé avec Julien Desrochers. Il s’intéresse à la sociologie de la littérature et aux liens entre l’espace et la littérature. Il est membre du Collège de nouveaux chercheurs et créateurs en art et en science de la Société royale du Canada depuis 2015.

Le séminaire se déroule le 3 mars 2022, de 17h30 à 19h30, à distance, via Teams. Pour y assister, merci d’envoyer un mail à nadja.maillard(arobase)univ-angers.fr et maeva.touzeau(arobase)univ-angers.fr au plus tard la veille de la séance.

Marie-Christine Anastassiadi : Introduire les apprenants de FLE dans l’univers des albums de Mario Ramos (séminaire du 18/02/21)

Un loup prétentieux et peu malin, un éléphant timide, un lion couronné, des singes, des cochons, des souris font partie des animaux de l’univers de Mario Ramos (1958-2012), un monde qui peut être à l’envers, comme dans son premier album publié en 1995. Dans la trentaine d’albums qu’il a laissés, il a abordé, sans volonté pédagogique ou didactique, des thématique pertinentes qui incitent les enfants à se questionner sur le monde contemporain : la différence, l’exclusion, le pouvoir, le besoin de reconnaissance, l’importance de l’apparence, la société de compétition, la valeur des petits moments de pause… Dans ses textes et dessins, Mario Ramos privilégiait la simplicité, laissant plus de place à l’imaginaire du lecteur. Ses histoires, construites sur le principe de la chute finale, surprennent par leur humour. Ramos était conscient que ses albums pouvaient séduire les lecteurs adultes : « L’album pour enfants parle aussi aux adultes. Il est un pont entre les générations. D’où l’importance des différents niveaux de lecture. »

Notre proposition est de travailler sur les différents niveaux de lecture à partir des albums de Mario Ramos avec un public de niveau introductif ou intermédiaire en FLE, indépendamment de son âge. Les albums de Ramos comportent des textes drôles et touchants, accessibles d’un point de vue linguistique, accompagnés d’images qui permettent de baliser la lecture. Nous proposons d’exploiter leurs valeurs littéraires pour les mettre en réseau avec d’autres histoires, d’autres auteurs et développer les compétences interprétatives des apprenants, indissociables du plaisir de lire.

Marie-Christine Anastassiadi est professeur associé de langue française et de pratique de la Traduction au Département de Langue et Littérature françaises de l’Université Nationale et Capodistrienne d’Athènes. Ses domaines de recherche sont la didactique des langues étrangères, la traduction, les études interculturelles et la littérature de jeunesse. Elle est responsable à l’Université d’Athènes du Master francohellénique avec l’Université d’Angers intitulé : « Enseignants de langue en Europe : formation à la diversité linguistique et culturelle des publics scolaires ».