Archives de catégorie : Uncategorized

Judith Patouma : Conter, se raconter, didactique et identités en milieu francophone minoritaire (séminaire du 3/02/2022)

La pédagogie, dans son sens large, consiste à aider le jeune à prendre sa place dans la société à laquelle il appartient et à se définir par rapport à ses pairs. Notre société, de plus en plus, se caractérise par la pluralité et le mélange culturel des personnes, c’est cela qui fait sa richesse et aussi sa complexité. Le jeune doit créer des relations avec autrui et s’adapter à son milieu de manière satisfaisante, c’est-à-dire qu’il doit se définir dans la langue par son savoir-faire, son savoir-être… son savoir-dire.

Le contexte de mes recherches récentes est le Canada francophone plus particulièrement le milieu minoritaire. Dans la province de la Nouvelle-Écosse, province des maritimes majoritairement anglophone, le français est la langue maternelle de 3,4 % de la population et la première langue officielle de 3,2 % de la population. Ainsi, nous avons dans cette province plusieurs dynamiques des langues :
– le français langue d’enseignement dans les conseils scolaires de langue française et dans les programmes de français des conseils scolaires de langue anglaise;
– l’utilisation des variétés du français dans différents contextes;
– l’anglais langue de la majorité;
– les différentes langues de la population immigrante.

Nous appartenons à une société dans laquelle la langue est non seulement un moyen de communication mais aussi un objet de passation culturelle et il est important pour le jeune d’apprendre les règles du bon usage, les contextes de communication divers et la culture de l’autre. Comment le faire? Les contes offrent une entrée fascinante dans le domaine de la didactique des langues et c’est un outil complet pour le développement du langage, la construction identitaire et la compréhension de l’autre.

Ainsi, nous allons à travers ce séminaire aborder les axes suivants : l’importance des histoires ; les activités reliées aux contes et l’apport du conteur en salle de classe ; les histoires comme outil dans la construction identitaire.

Judith Patouma est sociolinguiste et didacticienne des langues. Professeure agrégée au département des Sciences de l’éducation à l’Université Sainte-Anne, elle s’assure de la formation professionnelle des étudiants-maîtres en didactique des langues. Ses champs d’intérêt dans la recherche sont la médiation langagière et culturelle, le plurilinguisme, la pluriculturalité, la construction identitaire et la didactique des langues (FLM, FLS et FLE) dans des contextes diversifiés. Doctorat en Sciences du Langage – Université de La Réunion, France

Le séminaire se déroule le 3 février 2022, de 17h30 à 19h30, à distance, via Teams. Pour y assister, merci d’envoyer un mail à nadja.maillard(arobase)univ-angers.fr et maeva.touzeau(arobase)univ-angers.fr au plus tard la veille de la séance.

Valentin Feussi : Approches de l’insécurité linguistique d’écrivains francophones : concevoir les langues à partir d’expériences ? (séminaire du 21/05/21)

Depuis les travaux fondateurs de Labov (1976) puis de Gueunier, Genouvrier et Khomsi (1978) qui envisagent l’insécurité linguistique (désormais IL) dans une perspective variationnelle, ce phénomène est habituellement abordé sous l’angle de tensions inhérentes aux rapports diglossiques entre des langues.

Bien que Calvet (1999) ou Bretegnier (2002) montrent que ce phénomène peut induire  une dynamique identitaire, l’IL reste majoritairement considérée comme un sentiment et un malaise auquel on peut accéder grâce à des marques objectives.

À partir d’expériences d’écriture d’écrivains francophones, la présente réflexion se propose d’élargir ce point de vue pour davantage souligner les dimensions non nécessairement objectives de l’IL. Il s’agira d’aborder ce phénomène sous une optique délinguisée (Klinkenberg, 2020) pour en interroger les sources et les enjeux pour l’écrivain qui se met toujours en scène, expérientiellement, dans sa production. J’exploiterai ainsi les ressources littéraires (Ahmadou Kourouma) et extraits d’entretiens d’écrivains (Cheikh Hamidou Kane et Djaïli Amadou Amal ) en m’inspirant du point de vue de l’anthropologie comparée (Humboldt, 1974) pour revisiter d’une part la conceptualisation habituelles de l’IL en littérature et expliciter d’autre part une interprétation moins formelle de l’IL. Je terminerai alors mon propos sur l’esquisse d’une conception expérientielle de « langue », une des nombreuses conséquences épistémologiques d’une telle démarche.

Valentin Feussi  est  Professeur à l’Université d’Angers. Il s’intéresse à la sociolinguistique, à la didactique des langues et aux francophonies à partir d’expériences des contacts de langues. Il réfléchit ainsi à la diversité des langues et des cultures et à leurs implications épistémologiques et méthodologiques

Quelques repères bibliographiques :

Bretegnier A., 2002, « Regards sur l’insécurité linguistique » in Bretegnier A. et G. Ledegen, Sécurité/insécurité linguistique : terrains et approches diversifiés, Paris, L’Harmattan, pp. 7-33.

Calvet L.-J., 1999, Pour une écologie des langues du monde, Paris, Plon.

Feussi V. et J. Lorilleux (dir.), 2020, (In)sécurité linguistique en francophonies. Perspectives in(ter)disciplinaires, Paris, L’Harmattan.

Feussi V. et D. de Robillard, «“La francophonie”: prolégomènes à une perspective de la réception», dansLe français en Afrique,n°31, 2017, p.15-43.

Gueunier N., Genouvrier E. et Khomsi A., 1978, Les Français devant la norme, Contribution à une étude de la norme du français parlé, Paris, Champion.

Humboldt W. v., 1974, Introduction à l’oeuvre sur le kavi et autres essais, traduction et introduction de Pierre Caussat, Paris, Seuil.

Klinkenberg J.-M., 2020, « De l’insécurité linguistique à l’insécurité sémiotique. Le retour du social » in Feussi V. et J. Lorilleux, (In)sécurité linguistique en francophonies. Perspectives in(ter)disciplinaires, Paris, L’Harmattan, pp. 201-210.

Labov W., 1976 [1972], Sociolinguistique, Paris, Éditions de Minuit.