Marie-Christine Anastassiadi : Introduire les apprenants de FLE dans l’univers des albums de Mario Ramos (séminaire du 18/02/21)

Un loup prétentieux et peu malin, un éléphant timide, un lion couronné, des singes, des cochons, des souris font partie des animaux de l’univers de Mario Ramos (1958-2012), un monde qui peut être à l’envers, comme dans son premier album publié en 1995. Dans la trentaine d’albums qu’il a laissés, il a abordé, sans volonté pédagogique ou didactique, des thématique pertinentes qui incitent les enfants à se questionner sur le monde contemporain : la différence, l’exclusion, le pouvoir, le besoin de reconnaissance, l’importance de l’apparence, la société de compétition, la valeur des petits moments de pause… Dans ses textes et dessins, Mario Ramos privilégiait la simplicité, laissant plus de place à l’imaginaire du lecteur. Ses histoires, construites sur le principe de la chute finale, surprennent par leur humour. Ramos était conscient que ses albums pouvaient séduire les lecteurs adultes : « L’album pour enfants parle aussi aux adultes. Il est un pont entre les générations. D’où l’importance des différents niveaux de lecture. »

Notre proposition est de travailler sur les différents niveaux de lecture à partir des albums de Mario Ramos avec un public de niveau introductif ou intermédiaire en FLE, indépendamment de son âge. Les albums de Ramos comportent des textes drôles et touchants, accessibles d’un point de vue linguistique, accompagnés d’images qui permettent de baliser la lecture. Nous proposons d’exploiter leurs valeurs littéraires pour les mettre en réseau avec d’autres histoires, d’autres auteurs et développer les compétences interprétatives des apprenants, indissociables du plaisir de lire.

Marie-Christine Anastassiadi est professeur associé de langue française et de pratique de la Traduction au Département de Langue et Littérature françaises de l’Université Nationale et Capodistrienne d’Athènes. Ses domaines de recherche sont la didactique des langues étrangères, la traduction, les études interculturelles et la littérature de jeunesse. Elle est responsable à l’Université d’Athènes du Master francohellénique avec l’Université d’Angers intitulé : « Enseignants de langue en Europe : formation à la diversité linguistique et culturelle des publics scolaires ».

Marina Vihou : La rencontre de soi et de l’autre dans Le fils du brouillard de Georges Moustaki, une proposition d’exploitation pour la classe de FLE (séminaire du 18/02/21)

Le but de cette intervention est de sensibiliser les apprenant.e.s de FLE à une exploitation favorisant la réflexion interculturelle à partir du livre de Georges Moustaki et Siegfried Meïr Le fils du brouillard (2000).

Les démarches proposées, s’inscrivant dans les principes de la littératie critique (McLaughlin & DeVoogd 2004), visent à engager les apprenants.e.s dans une lecture et interprétation réflexives. De ce point de vue, on s’intéresse aux identités des deux protagonistes du livre, à leurs parcours de vie parallèles mais différents et aux représentations de l’Autre, surgissant des pages du livre.   

Le contexte historique du livre renvoie à la deuxième guerre mondiale et, plus particulièrement, à la vie du jeune adolescent Siegfried dans les camps de concentration de Mauthausen et d’Auschwitz, pendant que l’adolescence de Georges se déroule insouciamment sous le soleil méditerranéen de sa ville natale, Alexandrie. Vecteurs tous les deux d’identités linguistiques et culturelles plurielles, Georges et Siegfried cherchent à chasser les brouillards qui hantent leurs vies. Ce dialogue avec le passé de l’Autre – à première vue éloigné de la vie des lecteurs – incite à une considération diachronique et introspective.  

Marina Vihou est professeure adjointe du Département de Langue et Littérature Françaises de l’Université Nationale et Capodistrienne d’Athènes. Ses recherches portent sur la dimension interculturelle du cours de FLE. Elle s’intéresse aussi à la considération diachronique des rapports interculturels et à sa contribution au développement de la compétence interculturelle. Elle est l’auteure du livre Le mémoire oublié d’Alexandre Rizo Rangabé sur l’affaire des mines du Laurium (2013) et du petit manuel numérique Le mémoire-recherche en didactique des langues-cultures (2015).

Séminaire Pluri2L du 18/02/21

Le 18 février 2021, le séminaire Pluri2L proposera deux conférences :

Marie-Christine Anastassiadi, Université nationale et capodistrienne d’Athènes : “Introduire les apprenants de FLE dans l’univers des albums de Mario Ramos” 

Marina Vihou, Université nationale et capodistrienne d’Athènes : “La rencontre de soi et de l’autre dans Le fils du brouillard de Georges Moustaki  une proposition d’exploitation pour la classe de FLE”

Ozias Mbida : La perspective identitaire de l’enseignement de la littérature en contexte plurilingue. Le cas de l’Afrique noire francophone (séminaire du 28/01/21)

Depuis à peu près deux décennies, les cultures éducatives de l’Afrique noire francophone attendent de l’enseignement de la littérature qu’elle apporte une dynamique nouvelle à l’hétérogénéité identitaire présente dans le groupe-classe de français pour une valorisation effective de la diversité culturelle. Mais la classe de français apparait plutôt comme un espace de confrontation théorique et de lutte de positionnement de divers enjeux symboliques, où l’intérêt de l’apprenant est souvent relégué au second plan. En plus des confrontations théoriques, le contexte de l’Afrique noire francophone est marqué par l’implication des organisations institutionnelles comme la Francophonie, par l’héritage culturel colonial… Autant de paramètres « parasites » qui rendent complexe l’atteinte des objectifs d’hétérogénéité identitaire en classe de français.

Notre communication, portée par un point de vue didactique, veut interroger l’enseignement de la littérature dans la classe de français en Afrique noire francophone à travers la notion de « langue-culture », les notions d’ « homogénéité » et d’ « hétérogénéité » identitaire.

Mots clés : identité, littérature, langue-culture, homogénéité, hétérogénéité.

Ozias Mbida a été professeur de français dans le secondaire au Cameroun, puis professeur de FLE et enfin directeur pédagogique en Alliance Française. Actuellement doctorant en sciences du langage et didactique des langues et des cultures à l’université d’Angers (laboratoire CIRpaLL) sa recherche porte spécifiquement sur la didactique de la littérature. Il interroge à l’occasion les notions de ”culture”, d”identité” et d”’approches didactiques” en lien avec les contextes institutionnels de transmission. Ozias Mbida est aussi chargé d’enseignement à l’université d’Angers et à l’université catholique de l’Ouest depuis septembre 2019.  

Chiara Bemporad et Cyrille François : Lecture littéraire en L2 et textes médiateurs (séminaire du 28/01/21)

Dans cette intervention à deux voix, nous aimerions présenter un projet de recherche en didactique de la littérature en FLE qui vise à analyser les processus de lecture de textes littéraires dans une dimension FLE et plurilingue.

Nous décrirons plus particulièrement une recherche-action que nous menons à l’Université de Lausanne mettant en place un dispositif qui amène les étudiant·e·s FLE de différents niveaux (A1-B2) à comparer des textes littéraires canonisés du XIXe siècle (Dumas, Verne, Zola ou Hugo, par exemple) à des réécritures simplifiées ou adaptées pour apprenant·e·s de FLE ou pour la jeunesse, afin de développer des compétences d’analyse et d’interprétation par la confrontation de ces textes.

Bien que les textes canoniques soient perçus comme difficiles d’accès, notamment pour un public FLE de niveau débutant ou intermédiaire, certain·e·s apprenant·e·s adultes, lecteurs experts dans leurs autres langues, cherchent à lire ces œuvres classiques et patrimoniales. Souvent découragé·e·s par les difficultés de compréhension, ils rejettent néanmoins parfois les textes adaptés à leur niveau car ils ne leur semblent pas assez « littéraires », ni intéressants. Conçues pour remplacer les œuvres dont elles sont issues, ces réécritures peuvent cependant être utilisées différemment, en complément du texte source, dans une étape intermédiaire du processus de construction de sens, pour en faciliter l’accès et laisser ainsi plus de liberté et d’autonomie au lecteur.

Après une présentation des principaux types de textes adaptés et des éditions disponibles sur le marché, nous décrirons des dispositifs mis en place pour les exploiter. Les différentes tâches proposées seront mises en relation avec le niveau des apprenant·e·s, les objectifs à atteindre en termes de compréhension et d’interprétation des textes, ainsi que le type de production (écrite ou orale) attendu. Nous pensons en effet que c’est la didactisation d’activités pertinentes qui permet de mettre en avant la dimension agentive du sujet-lecteur en favorisant son autonomie et de meilleures performances de lecture.

Chiara Bemporad est professeure associée à la Haute école pédagogique du Canton de Vaud et Privat Docent à l’Université de Lausanne.  A côté de son travail comme formatrice d’enseignant de langues et cultures, elle poursuit des recherches en didactique des langues étrangères, français notamment, en didactique de la littérature et de la lecture dans une perspective plurilingue. Auteure de plusieurs articles et chapitres d’ouvrages, elle a notamment co-dirigé des ouvrages concernant la didactique de la littérature et la lecture, comme le récent numéro 64 de Recherches et Applications Lectures de la littérature et appropriation des langues et cultures.Cyrille François est maître d’enseignement et de recherche à l’Université de Lausanne. Ses recherches portent sur les stratégies narratives des contes de Perrault, Grimm et Andersen, sur les questions de traduction et d’adaptation de textes littéraires, et de didactique de la littérature en FLE. Il a notamment publié les ouvrages Les Voix des contes (PUBP, 2017) et Contes et histoires choisis d’Andersen (collection bilingue chez Classiques Garnier, 2017)

Séminaire Pluri2L du 28/01/21

Le 18 janvier 2021, le séminaire Pluri2L proposera deux conférences :

Cyrille François, Université de Lausanne et Chiara Bemporad, Université de Lausanne et Haute École Pédagogique du Canton de Vaud :

“Lecture littéraire en L2 et textes médiateurs”

Ozias Mbida, Université d’Angers :

“La perspective identitaire de l’enseignement de la littérature en contexte plurilingue: le cas de l’Afrique noire francophone”

Jimmy Thibeault : Lire la poésie récente en marge des “canons“ de la littérature acadienne (séminaire du 26/11/20)

Il semble que la prise de parole poétique en Acadie au cours de la longue décennie 1970 (1968-1985) ait marqué l’imaginaire acadien au point de s’instituer, dans le discours, en mythe fondateur. Si cette prise de parole poétique a permis de tracer les contours d’une nouvelle manière de dire l’identité acadienne en l’inscrivant dans un mouvement qui dépassait les limites d’un ici folklorique pour entrer dans une modernité plus largement planétaire, elle a rapidement fait ombrage à la production littéraire qui n’y participait pas directement. Il en va ainsi de l’écriture des femmes, perçue comme trop intimiste, et de celle des générations d’écrivains et d’écrivaines qui arrivent à l’écriture au tournant du XXIe siècle. Pourtant, la lecture de cette la poésie qui semble avoir été poussée en marge d’une littérature elle-même marginalisée permet de rejoindre une nouvelle génération d’étudiants et d’étudiantes qui ne se reconnaissent pas d’emblée dans les « canons » issus de la longue décennie 1970. L’étude proposée dans le cadre de ce séminaire vise à voir comment la poésie récente, particulièrement celle qui correspond à une certaine régionalité (telle que défini par Francis Langevin), permet une meilleure compréhension des enjeux identitaires acadiens contemporains et, d’une certaine manière, de mieux rejoindre les préoccupations des étudiants acadiens et des étudiantes acadiennes en salle de classe.

Jimmy Thibeault est professeur agrégé au Département des études françaises de l’Université Sainte-Anne où il est titulaire, depuis 2013, de la Chaire de recherche du Canada en études acadiennes et francophones et, depuis 2020, directeur de l’Institut de recherche sur les cultures acadiennes et francophones dans le monde contemporain. Il enseigne les littératures acadienne, québécoise, franco-ontarienne et francophone de l’Ouest. Ses travaux portent sur la représentation des enjeux identitaires, individuels et collectifs, dans les espaces culturels francophones du Canada. Il s’intéresse également aux transferts culturels en contexte de migration, de continentalité et de mondialisation. En 2015, il a fait paraître Des identités mouvantes : Se définir dans le contexte de la mondialisation (Éditions Nota bene, Prix Gabrielle-Roy 2015), un ouvrage qui aborde ces problématiques. Il a aussi publié de nombreux articles savants et chapitres d’ouvrages collectifs sur les littératures francophones du Canada. Il a dirigé et codirigé des dossiers spéciaux de revue dans Voix et Images (2011, 2020), @nalyses (2011), Québec Studies (2012) et Francophonies d’Amérique (2014-2015), ainsi que trois ouvrages collectifs dont le plus récent, Paroles et regards de femmes en Acadie, avec Michael Poplyansky, Stéphanie St-Pierre et Chantal White, qui est paru aux Presses de l’Université Laval en 2020.

Maëva Touzeau : Enseigner les littératures des relèves : un enjeu passé sous silence ? (séminaire du 26/11/20)

Il semble encore complexe d’accéder aux littératures dites des « relèves » dans l’enseignement en Acadie. Les enjeux sont d’autant plus importants lorsqu’il s’agit de la diffusion littéraire en milieu minoritaire. Ainsi, les littératures contemporaines acadiennes des relèves peinent à percer à la différence de leurs ainé.es dans les programmes scolaires et universitaires. Il existe pourtant des luttes qui sont menées par les auteur.es, eux/elles-mêmes pour revendiquer la place de leurs écrits et de leurs pensées. Ainsi, un fort engagement est perceptible dans leurs textes et dans leur attitude.

Après avoir établi la contextualisation complexe de la diffusion littéraire en Acadie, il s’agira de s’appuyer sur la question de l’accessibilité et de la réception des œuvres littéraires des relèves au sein de l’enseignement. Nous chercherons à analyser le point de vue des enseignants afin de comprendre les raisons pour lesquelles l’enseignement est encore complexe pour ces littératures. Nous nous intéresserons ensuite aux engagements pris par certain.es auteur.es des relèves pour être lu.es, être entendu.es comme l’engagement de Gabriel Robichaud qui a participé au combat pour l’insertion des œuvres acadiennes dans les programmes scolaires. Il existe d’autres investissements de la part des auteur.es des minorités francophones hors du Québec comme la mise en place d’ateliers créatifs, leur présence dans les écoles pour des rencontres littéraires, ou bien encore l’occupation de la Toile, nouveau lieu de diffusion et source de précieuses d’informations pour interpréter leurs textes. Enfin, dans le contexte actuel de distanciation, nous verrons aussi brièvement comment les auteur.es trouvent de nouvelles voies de diffusion/réception utiles pour leur enseignement.

Maëva Touzeau est enseignante à l’université d’Angers. Ses recherches se concentrent sur la réception des langues françaises à travers le biais des littératures et des réseaux sociaux. Elle se spécialise aussi sur la prise de parole des minorités linguistiques, plus spécifiquement en Amérique du nord et au Maghreb. Suite à un post-doctorat au Canada, elle s’intéresse à la question de la réception des relèves littéraires dans la critique traditionnelle et dans les médias tout en portant un intérêt particulier aux écrits féministes contemporains. Après avoir organisée 4 colloques internationaux à Angers autour des thématiques linguistiques, littéraires, didactiques et sociologiques, elle se concentre sur les médias comme nouveaux médiateurs pour les générations d’écrivain.es à venir.

Maëva Touzeau : Enseigner les littératures des relèves : un enjeu passé sous silence ? ET Jimmy Thibeault : Lire la poésie récente en marge des “canons“ de la littérature acadienne (séminaire du 26/11/20)

Le 26 novembre 2020, au programme du premier séminaire Pluri2L, deux conférences portant sur les littératures acadiennes et leur place dans l’enseignement :

Maëva Touzeau, Université d’Angers (Cirpall – France)
« Enseigner les littératures des relèves : un enjeu passé sous silence ? »

Jimmy Thibeault, Université Sainte-Anne (CRéAF – Canada)
« Lire la poésie récente en marge des “canons“ de la littérature acadienne »

Programme du séminaire Pluri2L – 2020/21

En 2020/21 sont organisées 4 séances du séminaire Pluri2L.

Jeudi 26 novembre 2020 – 15h45-18h

Maëva Touzeau, Université d’Angers (Cirpall – France)
« Enseigner les littératures des relèves : un enjeu passé sous silence ? »

Jimmy Thibeault, Université Sainte-Anne (CRéAF – Canada)
« Lire la poésie récente en marge des “canons“ de la littérature acadienne »

Jeudi 28 janvier 2021 – 15h45-18h

Cyrille François, Université de Lausanne et Chiara Bemporad, Université de Lausanne et Haute École Pédagogique du Canton de Vaud :

“Lecture littéraire en L2 et textes médiateurs”

Ozias Mbida, Université d’Angers :

“La perspective identitaire de l’enseignement de la littérature en contexte plurilingue: le cas de l’Afrique noire francophone”

Jeudi 18 février 2021- 15h45-18h

Marie-Christine Anastassiadi, Université nationale et capodistrienne d’Athènes : “Introduire les apprenants de FLE dans l’univers des albums de Mario Ramos” 

Marina Vihou, Université nationale et capodistrienne d’Athènes : “La rencontre de soi et de l’autre dans Le fils du brouillard de Georges Moustaki  une proposition d’exploitation pour la classe de FLE”

Vendredi 21 mai 2021

Yamna Chadli, Université Bordeaux Montaigne : “Dynamiques interculturelles et plurilingues suscitées par les pratiques théâtrales en classe de FLE : enjeux didactiques et esthétiques”

Valentin Feussi, Université d’Angers : ” L'”insécurité linguistique” des écrivains francophones : quelles appropriations des langues?”

Le séminaire se déroule à distance, via Teams. Pour y assister, merci d’envoyer un mail à nadja.maillard(arobase)univ-angers.fr et maeva.touzeau(arobase)univ-angers.fr au plus tard la veille de la séance.